Août
17
2010

Pourquoi s’en prendre au référenceur?

Cette question, « Pourquoi s’en prendre au référenceur? », m’est venue après l’article de Virginie Clève au sujet du site France.fr sur son blog Café-Référencement.

La question n’est pas de vouloir défendre le site France.fr, dont je n’ai que faire, soit dit en passant, ni de critiquer l’article de Café-référencement, mais de simplement remarquer que sa conclusion est:

Mon conseil : engager un référenceur professionnel ASAP.

référenceur bouc émissaire

Et si finalement chaque jour depuis des mois un gars, voire une agence, se démène pour essayer d’améliorer le SEO de ce site mais que le client, bien qu’ayant fait appel a ses services, ne suit pas ses conseils, préférant l’attrait graphique ou des idées préconçues sur la nécessité du lien « Lire la suite » par exemple.

Certes, le rôle du référenceur et de l’agence est d’accompagner son client dans sa stratégie web et de l’aiguiller dans ses choix, mais si le client est aveugle il reste tout de même le roi.

Ne vous est-il jamais arrivé de vous retrouver à défendre bec et ongles vos recommandations et de voir que finalement des points importants n’ont pas été mis en place? Les excuses raisons sont nombreuses: manque de temps, chaîne de validation longue, coût supplémentaire pour l’implémentation par leurs développeurs, etc.

Pour revenir sur la conclusion de l’article de Café-Référencement, même si je pense qu’en aucun cas son intention n’était de critiquer un éventuel référenceur mais plutôt de faire remarquer le manque d’optimisations SEO du site France.fr, dites vous que derrière un site mal optimisé il y a peut être un référenceur qui se bat pour éduquer son client et non un référenceur incompétent (ou absent).

Articles complémentaires

A propos de l'auteur : Antoine Leroux

Antoine Leroux : Consultant SEO à Rennes et chef de projet en référencement naturel pour Mediaveille, agence de référencement à Rennes. Dispense ses conseils et accompagne clients et développeurs dans l'acquisition et l'amélioration d'un trafic qualifié en provenance des moteurs de recherche.

24 Commentaires+ Réagissez !

  • En tout cas, l’article de Virginie Clève est digne d’un cas d’école.
    Je suis entièrement d’accord avec toi mais comment un référenceur pro peut accepter cela ? C’est quand même des règles simples et éprouvées non ?

    A mon avis, il n’y a pas de référenceur dans l’équipe.

  • J’ai d’ailleurs oublié de mettre le lien de l’article de Virgine Clève, je me rattrape : http://www.cafe-referencement.com/actu-seo/seo-clinique/france-fr-audit-referencement-297

  • @Christophe: je ne dis pas qu’un référenceur pro peut accepter cela, je dis qu’il peut être amené à le subir!

  • J’ai suivi l’affaire france.fr de très loin et mon commentaire ne porte pas sur ce cas précis mais plutôt sur les referenceur en générale.

    J’ai la desagreble impression que les recommandation des referenceur sont finalement des obligations . Si jamaiscla moindre recommandation n’est pas exécutée a la lettre le referenceur l’utilisera comme argument pour justifier du manque de résultat.

    Il faut admettre que le referencement est un élément d’un tout qui forme un site et que s’il y a des contrainte le referenceur devra s’y adapter plutôt que de les utiliser comme echapatoir.

    Un bon referenceur ce n’est pas quelqu’un qui applique les recommandations de manière uniforme quelque soit le site, mais une personne capable de référencer un site en corrigeant les problèmes qui peuvent l’être et en contournant ce qui ne œuvre être résolus

  • @Manit4c: tu es donc comme moi (je parle de l’histoire france.fr), mon article n’est qu’une réaction à un article traitant de ce sujet. Je suppose par contre que c’est uniquement mon avant dernier paragraphe qui entraine ton commentaire.

    J’ai, pour une fois, essayé de faire un article succinct en me concentrant sur 1 seule idée: ne pas accuser une incompétence en se basant uniquement sur le relevé de quelques erreurs seo. Je ne voulais qu’illustrer l’erreur d’une conclusion hâtive.

    J’aurais pu aller plus loin et traiter de ce qui te chagrine, ce dont je suis également d’accord: le seo doit pouvoir s’adapter aux contraintes du site. Mais c’est là un autre sujet.

  • Hello Antoine.
    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le role du référenceur. Moi même en agence j’ai des clients ultra bornés et têtus sur les préconisations que l’on fait.

    Nous leur disons pas d’accepter les préconisations mais ce sont des recommandations de notre expertise.
    Donc il y a parfois des clients qui sont vraiment très têtus mais dans ce cas notre valeur ajouté à nous référenceurs. C’est pas la mise en execution des préconisations mais notre conseil, notre compétence
    .
    Il me semble que par moment, il est bien d’éduquer son client pour qu il nous prenne pas pour un incompétent.
    Si la personne sait faire du référencement pourquoi contacter une agence et faire perdre du temps au référenceur en refusant tout conseil seo ?
    Au final, ce n’est pas forcement un problème du référenceur.

  • Merci Antoine d’avoir pris la peine de faire ce billet. Je rajouterai aussi qu ‘il ne faut pas oublier les referenceurs in house qui essaient tant bien que mal de faire entendre ses recommandations à la hiérarchie sans succès. Faute de compétence ou même parfois pour ne pas montrer qu’ils ne maîtrisent pas ce sujet, ils préfèrent l’affront ou l’ignorance. Ce qui est parfois terriblement frustrant.

  • Tu as tout à fait raison, je ne peux pas croire qu’un référenceur ait fait de tels fautes. Je pense tout simplement qu’il n’y en avait pas.

    Mais on peut aussi réfléchir sur la nécessité d’optimiser un tel site avec le nombre de backlink qu’il obtient.

    Ce qui est surtout honteux, c’est un design moche, une ergonomie ratée, une usbilité dans les chaussettes, une optimisation pour les performances oubliée… En attendant ils sont sur la première page sur « France » (sur Google France bien sûr, faut pas déconner)

  • Je pense que l’urgence pour ce site n’est pas un référenceur. Certes les bases n’y sont pas (certaines sont d’ailleurs contestables) mais honnêtement, pour un site qui va avoir des liens des grands sites gouvernementaux, je ne pense pas qu’un h1 change grand chose…Dans quelques mois il sera en première position sur le mot « France » et c’est sûrement le seul objectif souhaité.

    Par contre niveau ergonomie et contenu c’est une catastrophe. Ce site est rempli de vide et toutes les pages invitent à visiter un autre site.

  • Je te rejoins la dessus, je trouve qu’il est facile de critiquer tout le temps, mais je ne jetterais pas la pierre, je le fais fréquemment.
    Cependant, quand on voit un tel budget, qu’il sort en parti de notre poche, en tant que professionnel, on ne peut que réagir.

  • Haha, on a tous connu ça. De mon côté, le mieux à faire est d’évaluer l’ensemble des points et de jouer franc jeu auprès de son client.

    Il ne faut pas jeter la pierre mais juste bien faire comprendre que sans certains changements, le seo ne risque pas de se développer.

    Voilà les points qui peuvent nous aider à nous rapprocher grandement de nos objectifs et voilà ceux qui sont là juste pour grapiller quelques visites mais qui doivent être mis en place car ils font parti des standards du seo. 🙂

  • Arrff quelle histoire.

    Effectivement nombreux sont les problèmes d’optimisation sur ce site, mais a t’on une idée claire des contraintes initiales ?

    En clair, ayant quelques expériences dans le seo de gros comptes; souvent la multiplication des services impliqués dans le projet fait que cela devient un exploit de réussir à optimiser de simples balises H1H2,H3 sans passer par une validation de plusieurs services pour au final arrivé à un consensus mou (très loin d’être acceptable pour le réf). Je ne serais pas étonné que la lourdeur des validations dans ce projet ai rendu l’optimisation SEO quasi-impossible pour l’équipe de réf.

  • J’ai plusieurs fois voulu rédiger un billet proposant la thèse que tu developpes. 100% d’accord

  • Bien d’accord avec toi. Même si le site france.fr est une aberration SEO, il est bien facile de critiquer.
    On ne sait pas comment ca se passe en interne chez eux et il existe une multitude de sources possibles qui peuvent amener un site à être un échec SEO.
    Le tout est de s’en rendre compte et de corriger les erreurs.

  • D’abord, merci pour la pub 🙂

    Ensuite,
    – Concernant France.fr : il y a des choses qui sont de l’opti SEO « technique »s ans répercussion sur l’affichage ou le contenu qui n’ont pas été faites, ou mal faites (title, description, balisage, attributs alt,…) : donc soit il n’y avait pas de référenceur, soit il était très mauvais, car les clients se fichent pas mal de ce qui ne se voit pas.

    Si vraiment un référenceur a travaillé sur ce projet, je n’ai pas de scrupule à dire qu’il a fait mal son travail car c’est objectivement vrai. Mais au vu du reste, ça m’étonnerait vraiment…

    – Pour le reste : effectivement le référencement est très contraignant. C’est pour cela qu’on recommande toujours que le référenceur fasse partie de l’équipe projet et que ni arbo ni zonings (sans parler de maquette)ne soient validés sans avoir été « SEO approved »
    Pour moi, c’est le coeur du travail du référenceur inhouse de faire en sorte que les mentalités changent et de démontrer qu’on doit l’écouter car c’est ainsi qu’on va récupérer du trafic. Et c’est possible ! Mais ca prend du temps et nécessite des talents de diplomate et de formateur (un rang hiérarchique aussi).

    Pour les référenceurs en agence c’est effectivement vraiment beaucoup plus dur. Heureusement, les clients deviennent de plus en plus aguerris en web. Mais c’est encore insuffisant.
    J’ai l’espoir (sans doute naïf) de penser que des audits publics comme celui-là seront peut-être lus par des donneurs d’ordre et que cela aidera à changer les mentalités. Après tout, l’article a été repris sur le Post, alors on peut rêver encore un peu…

  • france.fr en voilà un flop en référencement, mais bon, joli coup de buzz de par là même.Ont-ils choisi de vrais pros ? hum…

  • Très bon article.

    Je comprends parfaitement ton point de vue, étant référenceur dans une administration… Le pire c’est qu’en interne je suis Mr Web et je donne des consignes SEO… Mais personnes ne les appliques :

    Les Dev ne me laissent pas accéder au code source et mettent 3 plombe à intégrer des tag analytics, intégrer un générateur de sitemap.

    La direction à peur des commentaires, des réseaux sociaux et des digglikes

    La responsable éditoriale, ne veux pas apprendre à écrire Web. Et zappe les balise h1, strong, les liens internes entre les articles connexes et pond un rewritting de merde sans balise title et description (que je rédige mais non incluse dans le CMS auquel je n’ai pas accès ^^)…

    Il me reste le netlinking… et là c’est le drame la direction à peur ^^… le site en question à un PR 5 (miracle), mais un ref nat de merde ^^

  • Bel article, merci. Il est vrai qu’il est difficile de faire comprendre à un client que le travail dépend en partie de lui. Quand une personne paie, elle attend un résultat, c’est ce que nous ont expliqués les professeurs à l’école : un travail rendu = une note.

  • Comme d’habitude j’arrive après la bataille ^^
    Malheureusement et c’est trop souvent vrai, de nombreux clients prennent des prestations SEO sans se rendre compte du coup supplémentaire qu’il peut y avoir dû aux nombreuses modifications à importer si les recommandations ne sont pas faites en amont…

  • Je m’éloigne peut être du 1er sujet mais j’ai constaté qu’il y a un gros conflit entre le département marketing / graphisme et le département SEO / Ref ( c’est très courant d’ailleurs )…

    C’est d’ailleurs un gros souci parfois puisque le département marketing à quasi toujours raison devant la direction !

    Et ensuite tout le monde râle parce que le site n’est pas positionné comme il faut ^^

    Ce sont les directions qu’il faut éduquer, afin de pouvoir faire un travail SEO / Ref correct a terme !

  • Très bon article. A quand le prochain?

  • Dialogue dans une agence de com:
    Boss:
    -Voilà on a bouclé le site il faut faire du référencement dessus.
    -Référenceur:
    A bon ? faite voir ce site j’ai pas eu la possibilité de le voir avant la fin de la prod…
    A ben tiens le titre c’est une image ?
    A ben il va falloir hiérarchiser un peu le texte et faire quelques modif mettre du bold des h1 mots clefs à optimisés…
    Boss:
    -Non-non le client a validé on touche plus à rien on laisse comme ça
    -ah ok… ohhh un menu en flash…Génial…
    Bon ben vais voir ce que je peux faire…
    Quelques temps plus tard…
    Boss:
    -Client machin n’est pas très content de son référencement il a téléphoné pour ce plaindre ce matin
    référenceur:
    -Vraiment ?? Comme c’est curieux…
    (ok c’est un peu caricaturé quoique…)
    A noter que je ne suis pas référenceur pro mais parfois c’est abusé quand même:)

  • Je suis bien d’accord avec toi Antoine et je comprend parfaitement ton point de vue que je partage. J’aime le ton que tu prends dans ton article, je vais d’ailleurs le partager sur Twitter 😉

  • +1 Antoine
    Lorsqu’on a déjà bossé de près ou de loin avec ce type de site, l’utopie de la préconisation est de mise.
    Comme je dis toujours : les contraintes du développement et les priorités du marketing sont des obstacles en face de l’optimisation pour le référencement. Ces obstacles sont plus ou moins grands et infranchissables en fonction du cas particulier. Cela n’a effectivement rien à voir avec l’implication potentielle d’un référenceur.

TrackBack

    css.php
    Lire les articles précédents :
    Fin de la trêve estivale d’un référenceur

    Pour moi les vacances sont terminées, fini le soleil et les cocktails, mes clients eux sont heureux de mon retour...

    Fermer