Référenceur (Antoine Leroux)

Google : des idées pour le moteur de recherche de demain

Google et son fameux moteur de recherche – oui je ne considère pas Google comme étant un moteur de recherche mais bien une société proposant un moteur de recherche tout en réalisant son capital sur la vente d’espace publicitaire avant tout – ferons toujours parler les référenceurs … Oui mais jusqu’à quand ? Je ne pense pas que l’empire Google s’effondrera du jour au lendemain ni même qu’un challenger viendra le dépasser (bien que cela soit probable un jour ou l’autre mais plutôt lointain), cependant en tant que référenceurs nous agissons sur le moteur de recherche Google d’aujourd’hui, mais qu’en sera-t-il demain ?

C’est grâce à l’institut d’études en ligne Directpanel Research, qui a réalisé pour Google France une étude sur l’avenir des moteurs de recherche et qui l’a publiée en décembre dernier, que je vais pouvoir (tout comme 14 autres blogueurs) vous apporter des réponses sur ce qui nous attends dans un avenir proche ou lointain dans le domaine de la recherche web.

<-remonter->

Étude sur le moteur de recherche idéal

L’étude ci-dessous a été réalisée par l’institut d’études en ligne Directpanel Research pour le compte de Google France et a été diffusée le 9 décembre 2009 suite à une présentation de Marissa Mayer lors d’une conférence parisienne dans les locaux du géant de Mountain View. Le titre original de l’étude étant Etude “Search of the future”- France / Le moteur de recherche idéal vu par les internautes:

Cette étude a pour objectif de comprendre comment les internautes voient le moteur de recherche idéal de demain, tant par l’aspect que les fonctions et leurs impacts sur nos habitudes sur le web et la recherche. Tout en restant bien ancrée dans la politique d’évolution perpétuelle de la société Google.

Au delà du simple aspect méthodologique nous apprenant que cette enquête s’est réalisée en quelques jours fin novembre 2009 sur un panel d’internaute de 15 à 55ans, l’enquête permet également de dresser une semi-étude de l’internaute: On apprend par exemple que l’internaute de 2009 passe, pour 71% d’entre eux du moins, plus de 20h par semaines sur Internet, que ses occupations sur la toile se partagent principalement entre l’achat en ligne, le visionnage de vidéos, l’écoute musicale, la discussion en ligne et les jeux online. Ce qui est marrant c’est que le téléchargement de musiques, films et logiciels n’arrive qu’à la dernière place des occupations des internautes. Peut-être est-ce l’aspect légal/illégal qui n’était pas précisé. Enfin, vous découvrirez quelques données supplémentaires quant aux moteurs de recherches utilisés par ces internautes sondés ainsi que l’utilisation de l’internet mobile qui permet finalement d’introduire la notion de nouveaux supports de transmission des requêtes aux moteurs de recherche.

<-remonter->

Le moteur de recherche de demain sera …

Non je ne vous ferai pas un listing des réponses de l’enquête, ni même une étude approfondie de ces résultats, j’ai uniquement relevé pour informations le TOP3 des différentes demandes de classement des différentes fonctionnalités proposées aux internautes de ce panel. J’espère grandement que vous avez pris le temps de bien lire et comprendre le document, qui pour ma part, m’a fait bien réfléchir et duquel je me suis finalement détaché pour cet article.

TOP 3 des fonctionnalités les plus attrayantes

La pertinence des résultats fournis par les moteurs de recherche ne semble pas encore à la hauteur des attentes des internautes, qu’on le veuille ou non il nous faudra – référenceurs – agir sur la qualité des sites sur lesquels nous travaillons si le futur des moteurs répond à cette attente. La demande d’identification des résultats les plus fiables passera probablement, comme sur Yahoo, par une suggestion de site pertinent en plus des résultats (voir la barre latérale gauche sur Yahoo Search).

TOP 3 Probabilité de développement des nouvelles fonctionnalités (dans les 10 ans)

Assez terre à terre, les internautes ont conscience du développement de la recherche, bien qu’à mon avis dans 10 ans davantage de fonctionnalités seront produites pour répondre à leurs attentes. La précision de la recherche, l’amélioration de l’interface et la sauvegarde des résultats pour l’organiser sont déjà des points sur lesquels les principaux moteurs de recherches travaillent. L’intégration des résultats de façon plus ludique et interactive se fera sans doute rapidement via l’intégration de l’Ajax dans les SERPs pour y proposer un maximum de médias, supports et sources différentes.

TOP 3 des fonctionnalités (réalistes ou non) pouvant impacter la vie quotidienne

Laissant libre court à l’imagination des internautes sondés, cette question nous amène à des fonctionnalités d’apparence loufoque comme la lecture des pensées et des souvenirs (toucher au cerveau? Brrrrr). Par contre la troisième fonctionnalité pourraient un jour être possible, souvenez-vous de Minority Report où le personnage joué par Tom Cruise est assailli de pub suite à la reconnaissance de son empreinte rétinienne. Pourquoi cette fonctionnalité ne serait  alors pas possible pour le search?

TOP 3 de la Fréquence d’utilisation de ces nouvelles fonctionnalités si elles existaient

Je comprend que l’idée d’avoir à chercher seulement en pensant serait une fonctionnalité très utilisée (facilité avant tout – en écartant la notion de risque^^), mais ce besoin de pertinence semble être tellement attendu (pour faire parti de ce top 3) que je m’en étonne. Les résultats sont-ils si hors-sujet que ça? Avons nous réellement des demandes spécifiques au point que les moteurs n’arrivent pas à classer les résultats en fonction de nos attentes? Ou est-ce simplement que l’internaute n’aime pas chercher et préfèrerait que les moteurs lui mâchent le travail?

<-remonter->

Quels intérêts pour Google ?

La question doit se poser: quels sont les intérêts de Google dans la commande d’une telle enquête ainsi que dans sa diffusion. Rien n’est fait à la légère de la part de Google et communiquer ainsi une enquête sur le futur des moteurs de recherche, donc des potentielles évolutions de son propre moteur, n’a rien d’un geste anodin. Mais alors quelles pourraient être ses raisons?

Sonder les attentes des internautes sur les pistes à choisir

Sans partir dans des délires paranoïaques, nous pourrions nous satisfaire de cette explication tout à fait cohérente: Google n’existerait probablement pas sans les internautes, certes les équipes de Google sont épaulées par un (ou des) pôle de recherche et développement actif ainsi que la possibilité offerte à chaque employé de soumettre ses idées, mais plus le nombre de participants est important plus il existe d’idées ou de voix pour une idée. Cette enquête pourrait donc être simplement le déclencheur de nouvelles idées pouvant par la suite être exploitées par Google…

Faire croire qu’il porte de l’attention à nos attentes

Pour revenir sur la suggestion précédente il est clair que Google ne manque pas de moyens (humains, financiers, techniques, …) pour la R&D, alors pourquoi enquêter sur les attentes des internautes ? Si on observe bien, la majorité des internautes n’est qu’une masse passive qui utilise ce qu’on lui donne et se satisfait des « cadeaux » que Google lui fait. Qui sait, Google n’est peut-être qu’une société égocentrique et orgueilleuse qui se moque bien de ce que nous pourrions lui apporter tant qu’on utilise ses services. Et, pour qu’on ne se serve que de ses outils quoi de mieux que de valoriser l’utilisateur final, lui donner de l’importance, le brosser dans le sens du poil …

Tout simplement: Communiquer

Les idées les plus simples sont également les meilleures. Google avait une image de société « jeune et cool », désormais c’est l’image de la puissante société presque dominatrice du web qui s’élève dans la pensée commune, alors quoi de mieux que de communiquer sur l’implication de Google dans l’amélioration de notre futur en se basant sur le domaine historique (et le plus connu) de la société: le moteur de recherche (bien que l’on sache pertinemment que Google ne fait pas le plus gros de son chiffre via cette activité). Une telle enquête pourrait n’être qu’un objet de communication, tout comme le font des sociétés de référencement en proposant des livres blancs du seo.

Prouver aux internautes sa supériorité en recherche et développement

La communication c’est bien, mais la persuasion apporte davantage: prouver à ces « moutons d’internautes » qu’on est le plus fort donne un avantage stratégique dans la communication sur la marque et l’utilisation de ses outils (d’autant plus lorsqu’en fait d’innovations on se rend compte que beaucoup de projets de Google ont vu le jour ailleurs ou étaient déjà développés par ses concurrents). Avoir des internautes persuadés de la supériorité de Google, via une telle enquête, notamment dans la recherche et le développement, est un atout dans la promotion de son moteur et de ses services ….

Épater la concurrence

Point beaucoup moins probable mais qui peut avoir une quelconque cohérence: cette enquête, de part sa diffusion et son contenu, est une preuve du travail des ingénieurs de Google (ou de la volonté de travail) pour conserver sa place et continuer d’acquérir des parts de marché. Guerre psychologique? Je ne pense vraiment pas, les concurrents de Google ne sont pas à plaindre niveau innovation et développement de nouveaux produits et applications.

Légitimer des actions déjà prises ou des développements déjà en cours

Ce qui saute aux yeux dans cette enquête, c’est la proximité entre les derniers services proposés par Google et certaines suggestions de fonctionnalités potentielle dans l’étude,. Par exemple, la recherche vocale Google Voice Search lancée en 2008, les résultats en temps réel avec l’intégration de Twitter dans les SERPs, la personnalisation des résultats en fonction de la géolocalisation et/ou de l’historique de recherche et le lancement de Goggles qui permet de lancer une recherche visuelle en soumettant une photo… Bref, Google n’a pas attendu les résultats de l’enquête de Directpanel pour innover et travailler sur le moteur de recherche de demain. Alors pourquoi cette enquête? Il est possible que Google souhaite confirmer ses choix stratégiques vis à vis des fonctionnalités sus-cités déjà actives, ce qui nous permet de croire alors que dans les suggestions de fonctionnalités testées dans l’enquête certaines nous paraissent loufoques aujourd’hui mais sont peut-être déjà en cours de développement dans une des caves de Moutain View …

Quoiqu’il en soit nous n’aurons pas la réponse, c’est peut-être un peu de tout cela, alors pensez ce que vous voulez moi je vois que l’ensemble des fonctionnalités proposées suit la ligne directrice de la philosophie d’entreprise de Google, je vous invite d’ailleurs à lire celle-ci expliquée en 10 points. Tout y est: gestion de plus en plus d’information ou en fournissant l’information la plus riche et la plus adaptée et le tout le plus rapidement possible, ainsi que le besoin d’information permanente sans pour autant être devant son ordinateur, ect.

<-remonter->

Avant d’en arriver à la transmission de nos pensées pour réaliser une recherche ou faire appel à nos souvenirs autant s’arrêter sur certains points de cette étude pouvant aborder la recherche d’un point de vue « futur proche » et donc de l’évolution des possibilités de recherche et des résultats déjà confiés aux internautes de la part de Google.

Le search sera plus pertinent

L’attente clé identifiée par cette étude reste avant tout la pertinence « filtrer les résultats faux, périmés ou non pertinents », en clair les internautes souhaitent davantage de résultats riches et récent, alors oui les résultats du moteur de recherche pourront le faire au fur et à mesure en fonction des taux de clics, des retours des visiteurs sur certaines pages mais également par le travail du référenceur qui sera de conseiller à ses clients d’éviter la tendance spammy afin d’écrire un contenu de qualité. Dans cette attente, la recherche en elle-même n’évoluera pas puisque seul le rendu et l’algorithme de Google évoluera pour y répondre. Affiner les résultats pour juger de leur pertinence n’est probablement pas encore à la hauteur du Googlebot, cependant via les possibilités Google SideWiki et Google Wiki Search (fonctionnalités pouvant être le départ de l’attente d’une interaction entre les utilisateurs d’Internet et le moteur de recherche proposée dans l’étude), Google peut alors récupérer de nouvelles données de jugement directement fournies par les utilisateurs.

Les moteurs vous profileront davantage

La possibilité d’obtenir des résultats de recherche personnalisés en fonction de son profil (âge, sexe …), son contexte social ou sa localisation est également une attente des internautes. Google est pourtant déjà sur cette voie via la personnalisation des résultats en fonction de l’historique de recherche intégré à votre compte ainsi que le cookie déposé sur votre machine dont il a été question il y a quelques semaines. Aussi, votre géolocalisation est également déjà prise en compte par les 3 leaders du marché (Bing, Yahoo et Google), en soi cette attente est déjà comblée. Cependant on peut imaginer un profilage encore plus extrême soit par le remplissage d’une fiche de profil où l’internaute renseignera ses propres informations (données personnelles, état civil, forums où il sévit, goûts, …), ou par l’identification de votre navigation complète par Google (qui au final en reliant un profil à un pseudo, un clic, pourrait à termes vous profiler sans que vous vous en rendiez compte). Au final, les résultats pourraient être différents pour chacun des internautes du monde et le travail du référenceur ne se fera plus que sur les nouveaux internautes n’étant pas encore profilés et ceux ayant désactivé toutes les possibilités de profilage… [notez que l’on peut désactiver cette personnalisation actuellement en ajoutant &pws=0 à la fin de l’URL].

De ce fait, si Google est capable de profiler chaque individu il sera également possible qu’il reconnaisse directement une requête formulée en [Nom + prénom], à la 123People, et fournir une fiche d’identité des internautes avant de proposer une liste de résultats relatifs à cette personne. Un tel rendu soulèvera sans aucun doute le problème de l’éthique donc nous en sommes encore loin (heureusement).

Posez une question et vous aurez la réponse

Les internautes sondés ne semblent intéressés qu’à 54% par la compréhension de requêtes descriptives, et pourtant je pense que la possibilité de poser une question aux moteurs de recherche pourrait s’avérer des plus intéressantes pour habituer les utilisateurs à être dépendant de Google. On pourrait imaginer un système évolué de Yahoo questions/réponses en le mixant avec le système d’Akinator (bien sûr le tout en beaucoup plus complexe mais là dès que c’est trop complexe ça m’échappe^^).

Centralisation de l’information sur Google

Enfin, l’avenir du search est, selon moi, la centralisation des informations sur Google qui débute déjà par l’introduction des onebox dans les SERPs. Clairement les éditeurs proposeront des contenus sur leurs sites, contenus qui seront alors récupérés par Google qui le fournira directement dans ses pages de résultats. On voit déjà cela par l’intégration des vidéos, de la météo, des images, des cartes, des données issus de wikipédia, Google Squared, etc.

<-remonter->

Impact sur le référencement : le référenceur de demain

Pour le référencement d’un point de vue actuel tout me convient, relativisons alors en pensant à mes ancêtres référenceurs qui travaillent en relation étroite avec les moteurs de recherches depuis plus de 10 ans, beaucoup de choses ont changé dans la recherche sur le web et sur le référencement. Par exemple, auparavant on pouvait blinder les balises meta de mots clés alors que maintenant ce temps est révolu. De ce fait le métier de référenceur devrait probablement suivre la marche et s’adapter au fur et à mesure des évolutions des moteurs de recherche du futur.

Peu d’évolution pour le référencement de demain?

Actuellement le référenceur travaille essentiellement ses sites ou ceux de ses clients en fonction des attentes actuelles de Google.:Nous observons une évolution dans les SERPs qui affiche les sitelinks, de jumplink, de fil d’ariane, de plus-box,… et nous nous adaptons en faisant évoluer nos préconisations en fonction des changements de Google. Finalement, comme vu ci-dessus, en observant la philosophie de l’entreprise et certains intitulés de fonctionnalité, on est déjà dedans! Ce que j’en voit c’est le besoin de sites de qualité, pertinents, récents et précis: n’est-ce pas là l’un des principaux points que le référenceur ne cessera de préconiser, un contenu de qualité et frais? La recherche en temps réel, par images, par voix se fait déjà et il n’est pas difficile d’observer que les acteurs du référencement suivent déjà ces voies.

Ou la mort du référencement?

En allant plus loin on pourrait comprendre un besoin de rapidité et de qualité tout en y passant le moins de temps possible (j’extrapole, ces données ne sont pas dans l’étude). Et là ma « culture » en science-fiction ne peut que me faire remarquer que dans les films/séries, lorsqu’un des protagonistes recherche une information il l’obtient instantanément sans même avoir cherché… et si l’avenir du search c’était ne plus avoir à chercher justement? Ce n’est pas totalement impossible dans la situation où les moteurs comme Google souhaitent répondre de manière personnalisée à chaque individu tout en proposant un résultat juste et pertinent, nous avons donc déjà là 2 critères pouvant amener à y réfléchir. Ce qui est grave alors pour le référenceur sera de s’adapter à un moteur de recherche qui ne propose plus plusieurs choix mais n’en donnera qu’un seul à l’utilisateur, sans classement plus de positionnement. A ce stade on pourra alors dire que le référencement sera mort.

Le référencement sera entièrement dédié au contenu et à sa qualité

Quoiqu’il en soit, dans le présent (fini les films de SF^^), le référenceur s’adaptera aux évolutions de Google pour agir principalement de manière sémantique.  Mais Google dépend également du web qu’il ne pourra modifier du jour au lendemain (imaginez ces milliards de sites). Car si les supports de recherches, la façon de réaliser sa recherche et la pertinence évoluent, il n’en reste pas moins que la personnalisation dépendra de l’historique de chaque individus et de son profil ce qui prendra du temps avant de personnaliser réellement les résultats (ouf du répit pour les référenceurs qui pourront profiter de la période non personnalisée pour mettre en avant leurs sites). Mais surtout, au final Google devra piocher dans son index trié par pertinence comme il le fait déjà actuellement. Le moteur de recherche actuelle n’étant qu’une interprétation visuelle de ces résultat d’index et de classement. Google, pour répondre à la demande d’un utilisateur piochera dans son index pour une sélection courte de résultat, qui demeureront un classement dans lequel le référenceur aura tout fait pour y positionner son site…Rien ne changera donc, l’avenir du search appartient aux référenceurs! (We own the search)

<-remonter->

Les titres auxquels vous avez échappés

Pour évoquer Google mais également pour évoquer le futur ou la volonté d’évolution j’étais parti sur différents délires de titres avec mon pote qui pense le web, en voici quelques uns:

Et bien d’autres car le 7ème art n’a que peu de limites pour alimenter mon inspiration.

<-remonter->

Synchronisation des billets!

Merci à Laurent de m’avoir intégré dans cette grande première du billet synchronisé: un thème, plusieurs « blogueurs », une heure précise et c’est parti pour la confrontation des écrits qui partiront peut-être tous dans des sens différents. Pas un mieux que l’autre, juste des interprétations et supputations subjectives…

L’avenir du search vous intéresse? Eux aussi, alors découvrez leurs retours sur cette enquête de Google et du moteur de recherche de demain:

J’ai sélectionné ci-dessus uniquement 5 des 15 participations à ce billet synchronisé (avec des pseudos raisons 😀 ), mais vous retrouverez également les interventions de Olivier Andrieu, Olivier Duffez, Jean-Marie Le Ray, Renaud Joly, Aymeric Jacquet et Sylvain Richard en naviguant de billets en billets. Bon surf et bonnes lectures!

Edit: Bon après soumission je me rend compte que je suis le seul à ne pas avoir linké tout le monde, je me rattrape donc: